LA CHALEUR DU SOLEIL PEUT ETRE MEURTRIÈRE, MAIS UTILISÉE A BON ESCIENT, ELLE POURRAIT NOUS SAUVER LA VIE

Chaud devant

De Thais López-Vogel et Susana Cárdenas

En cette Journée nationale de sensibilisation à la chaleur, dans quelle mesure sommes-nous préparés à la chaleur extrême, aux périodes prolongées de températures supérieures à 90 °F ? Que fait-on quand il fait une chaleur insupportable ? Malheureusement, c’est un « quand » et non un « si » étant donné l’énorme quantité de gaz à effet de serre que nous avons déjà rejetés dans notre atmosphère. La voie à suivre nécessite deux approches simultanées : une préparation intelligente pour faire face aux impacts du changement climatique et un sentiment d’urgence pour réduire les émissions liées au réchauffement climatique.

Premièrement, nous avons besoin d’un plan pour faire face à ce que nous ne pouvons pas éviter. La chaleur excessive se produit plus fréquemment et dure plus longtemps et constitue une menace existentielle pour les humains et tous les êtres vivants ; pensez aux lamantins, aux alligators, aux panthères, aux magnolias et à nos animaux de compagnie bien-aimés. Mais le réchauffement climatique ne fait certainement pas des victimes de manière uniforme ni aléatoire. Le fardeau le plus lourd pèse sur les plus démunis et les marginalisés dont les faibles revenus limitent considérablement leurs options. De plus, les personnes qui travaillent à l’extérieur dans le tourisme, l’agriculture ou la construction (tous essentiels à l’économie de la Floride) sont fortement exposées ; les autres groupes très vulnérables comprennent les femmes enceintes, les bébés, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé. L’incidence des crampes de chaleur, de l’épuisement par la chaleur et même des coups de chaleur augmente régulièrement, comme en témoignent les statistiques désastreuses des visites aux urgences, des hospitalisations et de la mortalité.

Nous avons besoin d’alertes précoces et de plans d’action chaleur-santé. Un bon exemple est la campagne de service public « Heat Awareness and Health » en espagnol, créole et anglais menée par The Women’s Fund Miami-Dade et soutenue par la ville de Miami, le comté de Miami-Dade, Baptist Health et la Fondation VoLo. Bien que l’initiative vise à aider les femmes enceintes à identifier les signes de stress dû à la chaleur et à localiser les ressources pour prévenir les maladies, son contenu et son opportunité profitent à tous. La réalité est que la chaleur peut rendre n’importe qui malade, et la chaleur est un tueur silencieux.

Nous avons déjà réchauffé la planète de 1,1°C (le rythme a doublé depuis 1981), et les sept dernières années (2015-2021) ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Le rapport annuel de l’Organisation météorologique mondiale publié ce mois-ci contient des informations inquiétantes sur les vies humaines perdues, les migrations forcées, les vagues de chaleur, l’élévation du niveau de la mer, l’insécurité alimentaire, les sécheresses et les pertes économiques.

Quant à ce que nous pouvons éviter… clairement, le degré de réchauffement continue de dépendre de la quantité de gaz à effet de serre que nous produisons ou réduisons et de la mesure dans laquelle nous laissons le charbon, le pétrole et le gaz dans leur état naturel, en

toute sécurité sous terre. « Nous devons mettre fin à la pollution par les combustibles fossiles », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, « et accélérer la transition vers les énergies renouvelables avant d’incinérer notre seule maison ». Il a également présenté un plan pour financer le déploiement des énergies renouvelables, réduire les formalités administratives, rendre la technologie et les matières premières plus accessibles et détourner les capitaux d’une industrie des combustibles fossiles qui engloutit un demi-billion de dollars dans le monde en subventions publiques… de nos impôts.

Plus près de chez nous, Caroline Lewis, défenseure du climat primée et fondatrice de l’Institut CLEO basé en Floride, déclare : « Arrêtez de prétendre que nous pouvons faire face aux impacts du changement climatique sans nous attaquer aux causes du changement climatique. Elle a réprimandé le FPL, le service public d’électricité monopolistique de Floride : « Vous êtes un géant endormi et vous n’arrêtez pas d’appuyer sur le bouton de répétition », en référence au retard inexcusable de FPL pour fixer un objectif d’électricité sans carbone. Les dernières données disponibles à l’échelle de l’État (2018) montrent que la production d’électricité est responsable de 40 % des émissions de GES de la Floride et que les transports en émettent 42 % supplémentaires. Selon le PDG de FPL, Eric Silagy, il a fallu 20 ans pour remplacer le pétrole par du gaz pour la production d’électricité. Cela signifie que la prochaine transition doit être deux fois plus rapide pour atteindre l’objectif d’électricité propre d’ici 2035.

La Floride a besoin d’électricité 100 % sans carbone. Exploiter de vastes ressources solaires et autres ressources propres et renouvelables dans le Sunshine State, à la fois à l’échelle des services publics et distribuées (pensez aux panneaux solaires sur les toits), est une évidence, ainsi que des mesures d’efficacité énergétique affirmées et l’expansion des lignes de transmission et de distribution. La demande d’électricité augmentera rapidement dans un État qui est déjà le deuxième plus grand producteur d’électricité du pays, après le Texas, a le deuxième plus grand nombre de véhicules électriques immatriculés, après la Californie, et utilise la climatisation pratiquement toute l’année. Le même soleil qui peut nous tuer peut au contraire améliorer nos vies si nous utilisons intelligemment son pouvoir. Nous avons besoin de tout le monde – gouvernement, entreprises et société civile – pour transformer le Sunshine State en Sun-powered State (ndlr :Etat alimenté par energie solaire).

Les auteurs sont respectivement administrateur et conseiller principal de la Fondation VoLo, une fondation philanthropique familiale basée en Floride dont la mission est d’accélérer le changement et l’impact mondial en soutenant des solutions climatiques basées sur la science, l’amélioration de l’éducation et la santé.

Share this article.

Facebook
Twitter
LinkedIn

We bring you the most up-to-date news and research.