UN LATINO LUTTANT CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

De Carlos Roa

La 26e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques s’est tenue à Glasgow (Écosse) du 31 octobre au 12 novembre 2021.

Parmi les participants, nous tenons à mettre en avant Ramón Cruz Díaz, président du conseil d’administration du Sierra Club. La mention spéciale que nous lui faisons est d’être le premier Latino à la présidence de cette organisation environnementale.

M. Cruz Diaz met l’accent sur la justice et l’équité dans les questions environnementales. Il s’est exprimé depuis Glasgow, où il a assisté à la COP26, pour une rencontre avec les médias organisée par Ethnic Media Services.

La réunion

La réunion susmentionnée était initialement prévue pour novembre 2020, mais la pandémie de COVID-19 a entraîné son report. La conférence comprenait également la seizième réunion des parties au protocole de Kyoto (CMP16) et la troisième réunion des parties à l’accord de Paris (CMA3).

L’accord, bien qu’il ne soit pas juridiquement contraignant, a fixé l’agenda mondial sur le changement climatique pour la prochaine décennie. Il a été convenu que les pays se réuniront l’année prochaine pour s’engager à réduire davantage les émissions de concentrations de gaz à effet de serre qui causent le changement climatique.

Des engagements ont également été pris pour augmenter considérablement le financement afin d’aider les pays les moins favorisés à faire face aux effets du changement climatique et à passer à une énergie propre. Les dirigeants mondiaux ont convenu de supprimer progressivement les subventions qui réduisent artificiellement le prix du charbon, du pétrole ou du gaz naturel.

Parmi les principales préoccupations soulevées lors de l’événement, les pays développés ont été pointés du doigt pour avoir bloqué des ressources afin d’atténuer l’impact que le changement climatique a déjà eu sur les pays en développement.

Pendant ce temps, la migration et le manque de ressources dans ces pays ne feraient qu’accélérer le rythme du changement climatique, selon les spécialistes présents.

Remarques de M. Cruz Díaz

Ramón Cruz Díaz est diplômé de l’Université américaine de Washington D.C. et de l’Université de Princeton dans le New Jersey. Il a travaillé comme directeur adjoint de l’agence de réglementation environnementale de l’État de Porto Rico et a occupé des postes de direction au Fonds de défense de l’environnement, au Partenariat pour New York et à l’instite de politique de « Transportation & Ddéveloppent ».

Concernant ses expériences lors de la récente réunion à Glasgow, M. Cruz Díaz a noté les sujets qui ont été discutés, tels que les succès dans la lutte contre le changement climatique, les politiques, les processus et les collaborations internationales, les pays qui ont adopté les documents et les omissions de nations telles que l’Inde et la Chine à ce sujet.

Il prévient que déjà 85% de la population mondiale est affectée d’une manière ou d’une autre par le réchauffement climatique. Cependant, bien que les objectifs n’aient pas été atteints, il considère que « nous sommes sur une voie de progrès, pas de régression ».

Il se considère malgré tout optimiste, et assure que les critiques viennent de personnes qui ne comprennent pas la complexité des processus.

L’expert affirme que la COP26 a progressé dans plusieurs domaines. Pour lui, le plus important était que « les pays ont convenu que les nations les plus développées doivent fournir des ressources pour aider les plus vulnérables à lutter contre le changement climatique ».

Il souligne également que d’importants engagements ont été pris pour réduire la déforestation, réduire les émissions de méthane, mettre fin au financement international des énergies fossiles et accélérer l’élimination du charbon.

Pour l’écologiste, la confiance dans les Etats-Unis a été torpillée ces dernières années. Le point culminant de cette étape défavorable a été l’abandon de l’Accord de Paris.

Cependant, M. Cruz considère comme positif que l’administration actuelle mette la question environnementale à son ordre du jour. Il prévient qu’il ne voit pas suffisamment de politiques adéquates de la part du gouvernement fédéral américain, il appartiendra donc aux gouvernements régionaux et locaux de faire plus de leur part.

Il applaudit l’objectif de fermer plus de la moitié des centrales au charbon et conseille aux pays de faire leur part. Cependant, il craint pour la disponibilité des ressources financières nécessaires car « nous n’avons pas le temps ».

 Changement climatique et migration

On estime que d’ici 2050, entre 48 et 216 millions de personnes pourraient devenir des migrants climatiques dans les pays du monde en développement, y compris l’Amérique latine.

La statistique choquante a été mentionnée par Alex de Sherbinin, directeur associé des applications scientifiques et chercheur principal au Center for International Earth Science Information Network (CIESIN), Columbia’s School of Climate et son Earth Institute. De Sherbinin est un expert des migrations climatiques.

Il dit que les conditions météorologiques mondiales ont changé au cours du siècle dernier, entraînant des événements plus extrêmes, notamment des ouragans, des vagues de chaleur et des sécheresses.

« Le changement climatique a également accéléré la mobilité de la population. Les habitants des régions où les précipitations sont moindres migreront vers des régions où le sol et l’eau sont abondants », explique-t-il.

Climat et inégalités

Dana Johnson est directrice principale de la stratégie et de la politique fédérales chez WE ACT for Environmental Justice. Elle soutient que c’est le moment politique aux États-Unis qui a désavantagé le pays, car il échoue d de proposer un plan solide qui incarne un engagement envers la justice environnementale.

Pour Johnson, il était inapproprié que les sociétés énergétiques organisent des expositions lors de la conférence pour parler de technologies soi-disant vertes. Elle les considère comme de « fausses solutions » qui sont inefficaces pour résoudre l’état actuel du problème.

La militante appelle à s’attaquer à ce qu’elle décrit comme du racisme environnemental, qui touche les personnes de couleur et les personnes à faible revenu. Elle les énumère comme étant affectés par « la mauvaise gouvernance, la privation des droits civiques et les inégalités économiques ». Elle cite l’Inde et l’Afrique comme exemples de régions qu’elle considère sacrifiées pour la consommation des autres.

Johnson ajoute qu’il y a urgence pour un mouvement de justice environnementale. « Les gens ont besoin d’être impliqués dans la prise de décision, de contribuer à ce qui se passe dans leurs communautés ».

Concernant la situation spécifique aux États-Unis à l’heure actuelle, elle a soutenu la nomination de l’avocate environnementale Brenda Mallory à la tête du Conseil de la Maison Blanche sur la qualité de l’environnement.

Share this article.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Annual Reports

Latest News